Lettres non envoyées et récits d'une bête sauvage

Modérateur : Shi

Répondre
Avatar du membre
Matteo
Messages : 70

Lettres non envoyées et récits d'une bête sauvage

Message par Matteo » jeu. août 20, 2020 11:21 am

Chacune des lettres est cachées entre les pages d'un livre imposant, qu'on peut trouver dans son sac, au milieu des bouteilles vide, ou encore pleines. L'écriture est étrangement soigné pour le personnage un peu bizarre.
J’sais pas bien pourquoi je t’écris à toi, puisque tu es censé être mort. Du moins, j’espère du plus profond de ce qu’il me reste d’âme, que tu as vécu assez longtemps pour exploser avec notre monde.

Tu serais tellement satisfait de ce que je suis devenu ici. C’est toi, ou c’est ce vortex ? J’ai plus tendance à penser que tu en es responsable. Comment tu as fais ton coup, j’en sais rien, mais ce dont je suis certain, c’est que tu mettais un point d’honneur à faire ton possible pour m’emmerder.

Il m’arrive encore de me demander comment on pouvait être si différent, et partager le même sang. Bien qu’aujourd’hui, j’ai le sentiment de te ressembler un peu plus chaque jour. J’essaie de me raccrocher à ce que j’étais, mais ça me semble si flou. J’suis voué à finir comme toi ? Par Kain, j’espère finir vidé de mon sang bien avant de t’arriver à la cheville.

Tu aurais aimé ce monde, Vampires, Démons, tu te serais sentis comme un poisson dans l’eau au milieu de tout ça. Moi, j’suis resté discret et dans mon coin pendant un moment, mais j’ai finis par sortir de mon trou. La Cité Vampirique me fait un peu pensé à notre Rune, ça me plait.

J’t’écrirais de nouveau plus tard, la faim se fait sentir.

Mat’
Modifié en dernier par Matteo le sam. nov. 21, 2020 12:20 am, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
Matteo
Messages : 70

Re: Lettres non envoyées

Message par Matteo » jeu. août 20, 2020 11:21 am

Je savais déjà que tu m’avais brisé, mais je me rend compte que tu m’as complètement bousillé.

Cette faim ne me quitte jamais. Tantôt gérable, tantôt incontrôlable. Plus je mange, plus j’ai faim. Plus j’ai faim, plus j’ai besoin de manger. C’est comme être esclave d’une chose qu’on ne parvient pas à maîtriser. Çà en devient parfois tellement douloureux, comme si ça me déchirait de l’intérieur. J’ai besoin de chair, j’ai besoin de viande. J’essaie de me contenter des bêtes que je peux trouver, mais plus les jours passent, et plus l’odeur du sang m’attire, me fait saliver. Je n’ai jamais voulu faire de mal à personne, pas même toi, malgré tout ce que tu m’as fais, mais... Et si un jour je m’en prenais à quelqu’un, parce que je ne parviens plus à me contrôler ?

Bordel qu’est-ce que tu m’as fais ?

Mat’
Image

Avatar du membre
Matteo
Messages : 70

Re: Lettres non envoyées

Message par Matteo » jeu. août 20, 2020 11:22 am

Tu étais vraiment là ?

C’était vraiment toi ? Planter comme un piquet, à me regarder déchirer la chair de cette pauvre bête qui n’avait rien demandé à personne. J’ai reconnu ton visage, mais impossible d’y relier une odeur. Ce sourire en coin si familier, si écœurant. Ce frisson me parcourant l’échine à m’en faire dresser les poils de tout le corps, et putain, dieu sait que j’en avait à ce moment là.

C’était vraiment toi ? Ou est-ce que je deviens fou ? La faim peut-elle finir par nous faire sombrer dans les abysses de la folie ? Tu ne pouvais pas être une rêve, impossible, le sang de cet animal sur mon visage m’en ai témoin, je ne dormais pas.

C’était vraiment toi ? Ou est-ce que tu avais tout préparé pour me hanter par delà la mort ?

Mat’
Image

Avatar du membre
Matteo
Messages : 70

Re: Lettres non envoyées

Message par Matteo » sam. août 22, 2020 9:45 pm

Je me souviens que tu voulais me garder juste pour toi, que tu voulais me controler, diriger mes gestes, mes actions. Je me souviens de l’emprise que je t’ai laissé prendre sur moi, dans l’espoir de les protéger, de te manipuler. Et je me souviens aussi que j’ai finis par être ton pantin.

Tu serais tellement déçu de me voir aujourd’hui. J’ai fais plusieurs rencontre, et j’ai su me montrer aimable. J’dois avouer qu’au début, j’ai fais ma tête de con, mais j’me suis rendu compte que discuter, ça m’occupait l’esprit, et que je parvenais à oublier la faim, l’espace d’un instant.

Il n’y a eu qu’un seul dérapage pour le moment, et on m’en a pas trop tenu rigueur. Pendant un moment de lucidité, je me suis souvenu que tu aurais détesté que je m’excuse, alors le plus intelligent, c’était de le faire non ? La Régente m’a reçu, et j’ai présenté mes excuses. Je pouvais parfaitemement t’imaginer en train de bouillir de rage à côté de moi, et c’etait tellement le pied. Tu vois, je te déteste, et pourtant, je peux pas m’empêcher de penser à toi. C’est d’un triste !

C’est peut-être pour ça que tu m’accompagne où que je sois, que j’arrive pas à me débarasser de certaines de ses putains d’habitudes que j’avais prises avec toi.

Oui, rassure toi, tu m’auras à l’usure. Je sais pas combien de temps ça prendre, mais tu y arriveras. Tu as toujours eu ce que tu voulais après tout.


Mat’
Image

Avatar du membre
Matteo
Messages : 70

Re: Lettres non envoyées

Message par Matteo » jeu. sept. 03, 2020 3:20 pm

Je te revois encore me mettre en garde, me bourrer le crâne de tes leçons, de tes morales. Je te revois encore m’avertir que m’attacher à quelqu’un d’autre que toi, ne m’apporterait que des problèmes, me rendrait faible. Tu avais sans doute raison. Suis-je en train de devenir faible ? Pourtant c’est plus fort que moi, il y a quelque chose qui me rappelle toujours auprès d’elle. Et a côté de ça, je t’entends me hurler d’en finir, avant de n’être trop dépendant de sa présence.

Me mènera-t-elle à ma perte, finalement ? La sentir hésitante à me parler, ou me mentir, réveille en moi, je dois l’avouer, toute cette colère, cette haine que tu as installé au fil des mois. Et Dieu sait que j’en déborde de ses saloperies. Je me sens comme une bulle, que l’on ne cesserait de vouloir gonfler, et qui s’approche de l’explosion.

Dois-je vraiment mettre un terme à tout ça ? Mes pensées sont constamment embrouillées à cause de toi, de ta présence, sans cesse non loin de moi. Je voudrais ne plus ne me sentir surveiller. Je voudrais que tu disparaisses. Je voudrais croire que l’amour, ce n’est pas seulement ce que tu m’as montré.

Je crois qu’au fond, j’aimerais redevenir comme avant. J’aimerais ressentir des choses, comme avant. Avant qu’on se rencontre...
Image

Avatar du membre
Matteo
Messages : 70

Re: Lettres non envoyées

Message par Matteo » mar. sept. 08, 2020 10:16 am

Si l’on devait décrire la douleur que l’on ressent quand on nous arrache le coeur, je crois que je suis en plein dedans. Es-tu satisfait ? Je suis prêt à parier que tu n’as jamais autant pris ton pied qu’aujourd’hui.

Je savais pourtant que je ne devais pas m’attacher, que ça ne pourrait pas finir bien. Et pourtant, je l’ai fais... C’était tellement simple au final, que je n’ai rien vu venir. Est-ce parce qu’on est pas si différent elle et moi que quelque chose nous a unis si rapidement ? Je pense qu’on avait tout pour être bien, sauf que tu fais partis de l’équation...

Jamais rien ne m’a plus effrayé que toi, pas même la mort, et tu le sais parfaitement compte tenu de ce que j’ai fais, mais aujourd’hui, elle est là... Je préfère nier que je l’aime pour me rendre les choses plus facile, même si je sais parfaitement que je lui offrirais ma vie. Ce ne sont pas mes sentiments qui me font peur, c’est simplement ce que je suis. La dernière chose dont j’ai envie, c’est de lui faire du mal involontairement.

Oui... Tu me hante tellement que j’en viens à perdre pieds... Est-ce encore un tour sorti de ton chapeau ce qui s’est passé l’autre soir ? Tu me contrôles au point que je sois terrifié à l’idée de la blessé dans un moment de... Folie ? Alors arrêter c’est surement la meilleure solution pour la protéger...

Tu aurais pu me laisser profiter, pour une fois...
Image

Avatar du membre
Matteo
Messages : 70

Re: Lettres non envoyées

Message par Matteo » mar. oct. 20, 2020 7:25 pm

Tu as toujours aimé gagné, ce n’est pas un secret. Et c’était presque toujours le cas d’ailleurs. Tu as toujours eu cette capacité à faire en sorte que la victoire te reviennen. J’aurais pu admirer ça, si t’étais pas un parfait connard. C’est en repensant à ça que j’ai réalisé quelque chose.

Que tu sois réellement là ou non, que tu me hantes ou pas, te donner de l’importance te rapproche un peu plus chaque jour d’une nouvelle victoire. Tenter de comprendre ce qui m’arrivait, me semblait tellement important, que j’en ai négligé le reste. J’ai cessé de prier, de faire des offrandes, d’apprendre avec minutie. J’ai négligé ma santé, en pensant que cela m’aiderait avec toi.

Alors aujourd’hui j’ai décidé d’arrêté. Peu importe ce que tu m’as fais, il est temps que je cesse de vivre en fonction de ça. Au pire je deviendrais vraiment complètement fou, au mieux, j’aurais le plaisir de prendre mon pied en te voyant bouillir quand tu verras que tu perds ton emprise sur moi.
Image

Avatar du membre
Matteo
Messages : 70

Re: Lettres non envoyées et récits d'une bête sauvage

Message par Matteo » sam. nov. 21, 2020 12:25 am

Avons-nous vraiment un jour tout pour être heureux dans la vie ? Qui n’a jamais désiré plus que ce qu’il avait déjà ? Qui n’a jamais voulu changer un petit détail, ou en améliorer un autre ? Sommes-nous un jour pleinement satisfait de la tournure qu’à pu prendre notre vie ? Difficile d’avoir réponses à toutes ses questions...




Image





Un rayon de soleil parvint à se faufiler dans le fond de sa grotte, lui chauffant le visage. Dans un grognement dépité, il ouvrit un oeil, puis l’autre, ses paupières lui semblant bien lourdes. Par reflexe, il étira un bras à côté de lui, et soupira doucement en se rappelant qu’il était seul. Les dernières nuits avaient été difficiles. Visiblement, il avait pris l’habitude de se faire papouiller pour s’endormir, et avait à du mal à se faire à cette nouvelle solitude. Il se laissa de nouveau aller sur le dos, les bras croisé sur la nuque, et s’accorda un instant pour se réveiller un peu. Il fixait le plafond de pierre, même si la fatigue lui brulait les yeux. Combien d’heures avait-il dormi ? Pas assez en tout cas...

Finalement, il se redressa péniblement, grognant de douleur. Il en avait presque oublié ses dernières blessures. Etait-ce par habitude ou par manque d’envie qu’il refusait de se soigner lui même ? Il n’y avait jamais réfléchit à vrai dire. Il se contentait du minimum, alors qu’user de sa magie pourrait le soulager tellement plus rapidement. Sans doute pensait-il que ses soins étaient réservé à ceux qui en avaient vraiment besoin. Il guetta un peu les entrées de la grotte, tendant l’oreille pour essayer d’entendre un éventuel mouvement suspect. Rien. Il se glissa vers le feu qui menaçait de s’éteindre, et rajouta du bois, avant d’agiter les braises. Malgré les flammes, la pierre qui l’entourait faisait régner une sensation de froid permenant, et le seul moyen de se réchauffer était de rester proche du foyer. Pourtant, il n’était pas du genre frileux habituellement. L’épuisement rend notre corps bien capricieux...

Il fouilla le seul petit sac qu’il avait apporté, à la recherche de quelque chose de sucré pour se donner un coup de fouet, et il se heurta à la dure réalité. C’était son dernier biscuit ! Il grogna de nouveau, râlant à l’idée qu’il allait devoir rentrer en ville pour en racheter. Il avala son maigre dejeuné sans grande conviction, plus pour avoir un minimum dans le ventre que par envie. Depuis quand n’avait-il pas pris un vrai repas ? Enfin... Un de SES vrais repas, qui consistait à engloutir une quantité de viande astronomique. Des jours ? Non, des semaines ? Il y avait eu du mieux, mais c’était avant ce dernier soir... Il avait déjà perdu plusieurs kilos, et son manque d’énergie se faisait ressentir dès qu’il faisait un peu trop d’effort. Autant dire que ce matin encore, il pourrait oublié son rituel d’entrainement... L’appétit finirait-il par lui revenir, ou devrait-il continuer de se forcer à manger de quoi tenir debout ?

Il finit par se perdre dans ses pensées, le regard fixé sur le feu qui lui, se nourrissait des buches avec joie. Il repensa à sa dernière soirée à la Cité Vampirique, cherchant à déterminer s’il avait pu mal interprêter les choses, comme cela avait pu arriver, mais il ne voyait pas comment, les mots résonnant dans sa tête. Il avait beau se refaire la scène en boucle, l’issue ne changeait pas. Il était capable d’accepter beaucoup de choses, de renoncer à beaucoup, de faire bon nombres de compromis, mais là, il s’y refusait. C’était un sentiment qu’il ne voulait en aucun cas ressentir.

La douleur le ramena finalement à la réalité, et il fouilla de nouveau son sac. Il attrape une petite bourse de cuir, dans laquelle il glissa deux doigts, pour en sortir une pincée de mélange d’herbes séchées. Il plaça le tout dans sa bouche, avant de retourner s’allonger, pour mâcher longuement, les yeux clos. Même s’il s’était dit qu’il ne prendrait que quelques minutes avant de sortir d’ici, et finit par sombrer de nouveau, et ne partira que bien plus tard dans la journée, avant d’y revenir dans la soirée.
Image

Avatar du membre
Matteo
Messages : 70

Re: Lettres non envoyées et récits d'une bête sauvage

Message par Matteo » dim. nov. 22, 2020 10:06 pm

Il pénétra doucement dans son manoir, presque timidement. Dans un geste tout aussi lent, il retira le cuir de son visage, levant un peu le nez, humant l’air à la recherche d’une odeur. Rien. S’il y avait bien un seul avantage à son don de métamorphe, c’était que son odorat s’en était trouvé bien plus développé. Enfin avantage... Il fallait voir le point de vue... Dans certaines circonstances, c’était plutôt un inconvénient !

Il continua d’avancer dans le couloir, le pas toujours aussi lent, même s’il se savait seul maintenant. L’atmosphère de la maison lui semblait bien plus froid qu’habituellement. Y était-elle seulement venu ses derniers jours ? Il se dirigea vers le comptoir, et y jeta un oeil. Rien non plus. Sans vraiment savoir pourquoi, son estomac se noua l’espace d’un instant. Après un moment immobile, il se dirigea vers la chambre, s’arrêtant à la porte. Petit coup d’oeil à droite, à gauche, sur le lit. Toujours rien. Il soupira un peu, sans doute s’attendait-il a un signe de vie, ou quelque chose s’en approchant. Il acheva sa visite en allant récupérer un coffre rester clos jusque là, et quitta les lieux.



Image



Installé devant le coin d’eau qu’il avait trouvé non loin de sa grotte, il regardait son reflet dans la rivière, repensant à sa conversation avec Azur. Il ignorait encore pourquoi il lui avait confié ce qu’il ressentait. Etait-ce son attitude qui lui donnait parfois un sentiment de figure paternel ? Son âge et donc, son expérience ? Aucune idée, mais ses conseils résonnaient encore dans sa tête.


« Je suis de bon conseil généralement, même si je ne les applique que rarement personnellement »

A dire vrai, certaines choses lui avaient fait du bien dans le fond, même si ça n’avait pas pour autant mis de l’ordre dans sa tête... C’était nouveau, et il avait du mal a tout maitriser.

Il se surprit à penser à sa soeur, à ce qu’elle aurait pu en penser, lui dire. Elle lui aurait très probablement botté le cul, et l’idée le fit bêtement sourire. Elle lui manquait tellement... Elle aussi, était toujours de bon conseil...

Finalement il se redressa, prit sa carte, et se rendit à la Cité Vampirique. Il y passa une bonne partie de la journée, rien. Et il y revint pour la soirée, rien non plus... Après un dernier regard vers la place, il soupira doucement, et retourna se terrer dans sa grotte.
Image

Répondre